A vos barbecue !

Ne ratez pas la chute…pur moment de bonheur ensoleillé !

Goût, vue, ouïe, odorat…c’est instantané :

Lorsque le poisson de mer cuit à l’huile s’entr’ouvre, un jour de soleil sur la nappe, et que les grandes épées qu’il comporte sont prêtes à joncher le sol, que la peau se détache comme la pellicule impressionnable parfois de la plaque exagérément révélée (mais tout ici est beaucoup plus savoureux), ou (comment pourrions-nous dire encore ?)…Non, c’est trop bon ! Ça fait comme une boulette élastique, un caramel de peau de poisson bien grillée au fond de la poêle…

Goût, vue, ouïes, odaurades : cet instant safrané…

C’est alors, au moment qu’on s’apprête à déguster les filets encore vierges, oui! Sète alors que la haute fenêtre s’ouvre, que la voilure claque et que le pont du petit navire penche vertigineusement sur les flots,

Tandis qu’un petit verre de vin doré – qui se tient bien vertical sur la nappe – luit à notre portée.

Francis Ponge – Pièces – Editions nrf poésie/gallimard 1962

Publicités