Aimé CESAIRE – En vérité…

Partons à la découverte de l’oeuvre de Aimé Césaire avec un premier poème extrait du recueil FERREMENTS ET AUTRES POÈMES.

Une seule envie pour cette course au sein d’un paysage plus qu’escarpé : Ne cherchons pas à comprendre coûte que coûte. Essayons de se laisser toucher par les mots…Recevons les tout simplement et laissons les infuser tranquillement en nous…Come what may…

La pierre qui s’émiette en mottes
le désert qui se blute en blé
le jour qui s’épelle en oiseaux
le forçat l’esclave le paria
la stature épanouie harmonique
la nuit fécondée la fin de la faim

du crachat sur la face
et cette histoire parmi laquelle je marche mieux que
durant le jour

la nuit en feu la nuit déliée le songe forcé
le feu qui de l’eau nous redonne
l’horizon outrageux bien sûr
un enfant entrouvrira la porte…

Vivre en poète est de retour !

Bonjour à tous !

Je suis contente de vous retrouver après cette pause estivale…Ces quelques semaines de vacances ont été propices aux découvertes : des terres d’Aimé Césaire au pays du Mont Blanc, j’ai ainsi glané de nouvelles pépites de poésie qui seront bientôt mises en ligne sur le blog !

Je vous propose de reprendre notre chemin parmi les mots et les vers de nos amis poètes. Et gardons le cap ! Vivre en poète, c’est essayer d’habiter intensément le monde, s’éveiller et grandir au rythme des pulsations de l’univers.

En route donc avec Philippe Jaccottet et son poème « Lune à l’aube d’été ».

Dans l’air de plus en plus clair
scintille encore cette larme
ou faible flamme dans du verre
quand du sommet de la montagne
monte une vapeur dorée

Demeure ainsi suspendue
sur la balance de l’aube
entre la braise promise
et la perle perdue.

« Airs »