« Les yeux fermés , parle de l’intérieur  » – Gilles BAUDRY

Trouve des mots

qui soient des portes

derrière lesquelles

on écoute la mer raconter une histoire,

de ces portes qu’on pousse

au-dedans de soi.

A l’indicible source

puise des mots infusés de printemps

dédiés

à ce qu’il y a de plus frais

en chacun.

 

Garde la page inapaisée .

 

Extrait de « Nulle autre lampe que la voix », Editions Rougerie, 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s