Un poème de Naomi Shihab Nye…

Accordez-vous deux petites minutes pour écouter la poétesse américaine Naomi Shihab Nye. J’ai eu le bonheur de la découvrir sur le site poets.org.

Quand sait-on qu’un poème est terminé…quand mettre le dernier coup de pinceau à son tableau, un point d’orgue à un morceau…. Voici une proposition de réponse…

Un grand merci à l’équipe de The Academy of American Poets (www.poets.org) qui m’a gentiment donné l’autorisation de partager cette vidéo avec vous.

How Do I Know When a Poem Is Finished? Naomi Shihab Nye, 1952

When you quietly close
the door to a room
the room is not finished.

It is resting. Temporarily.
Glad to be without you
for a while.

Now it has time to gather
its balls of gray dust,
to pitch them from corner to corner.

Now it seeps back into itself,
unruffled and proud.
Outlines grow firmer.

When you return,
you might move the stack of books,
freshen the water for the roses.

I think you could keep doing this
forever. But the blue chair looks best
with the red pillow. So you might as well

leave it that way.

From Honeybee (Greenwillow Books, 2008) by Naomi Shihab Nye

Publicités

Joyeuse Francophonie !

A l’occasion de la Journée de la Francophonie, la ville de Paris fera fleurir sur ses panneaux lumineux, des poèmes écrits en hommage à cette belle communauté !

Si vous voyez ces quelques vers, vite ! une photo…

Un souvenir du jour, où, mes mots ont pris d’assaut les murs de la capitale…(un assaut tout amoureux je vous rassure).

Merci !

Francophonie

Hissez haut les mots !

imageAujourd’hui, merci à Fred de Strasbourg  qui partage avec nous la découverte d’un texte de Jacques Moulin. Je lui laisse la parole :

Un poème tiré du livre de Jacques Moulin « À vol d’oiseaux », Ann Loubert pour les dessins. Éditeur strasbourgeois L’Atelier contemporain, octobre 2013, p. 15

Les oiseaux de passage espacent l’habitude
on dit d’eux qu’ils font cycle
ça nous rassure
nous qui demeurons sur la margelle de pierre
à guetter l’entrée des petits matins

Si d’aventure on voit passer de ces oiseaux
sautons le pas dit de saison
sous le temps de leurs plumes
un vent qui nous espace

Dans un chapitre intitulé ‘Cartographie d’oiseaux’

Suivez la bulle rouge !

La bulle rouge de Iela Mari !

Cet album, édité pour la première fois à « L’Ecole des Loisirs » en 1968 a été une vraie révolution dans la littérature jeunesse.

Imaginez : un graphisme très épuré en noir et blanc avec, en point d’orgue, une petite bulle de couleur rouge.

Je suis une grande fan du livre de Iela Mari ! Ce livre a marqué mon enfance et c’est avec beaucoup d’émotions que je l’ai retrouvé en librairie il y a 4 ans, par le plus grand des hasards…. Je n’ai jamais oublié la couleur rouge orangé et tellement vibrante de cette bulle et  le graphisme très pur qui nous fait voyager au fil des métamorphoses…

Tour à tour, bulle de chewing gum, ballon, pomme, pétale, papillon ou parapluie, la petite bulle va vivre plusieurs vies…

Ces illustrations ne sont accompagnées d’aucun texte…à nous de jouer avec les mots pour imaginer les aventures et les métamorphoses de la petite bulle rouge.

Un joli moment de poésie à partager avec nos petits !

image

les aventures d’une petite bulle rouge – Iela Mari – Première édition L’Ecole des Loisirs – 1968

March 8th 2015: International Women’s day

To honor every woman on the planet today

To honor every woman on the planet today, I am glad to share with you this awesome poem written by Maya Angelou, a great American poet.

I invite you to hear the poem said by Mrs. Angelou herself. It gives birth to such a strong emotion!

 

“Phenomenal Woman”

Pretty women wonder where my secret lies.

I’m not cute or built to suit a fashion model’s size

But when I start to tell them,

They think I’m telling lies.

I say,

It’s in the reach of my arms,

The span of my hips,

The stride of my step,

The curl of my lips.

I’m a woman

Phenomenally.

Phenomenal woman,

That’s me.

Lire la suite